Les diplômes en langues

  • Le BULATS (Business Language Testing Service – Test de langue de l’Université de Cambridge) : Évalue votre niveau en langue selon le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues), niveau A1 à C2. Il est disponible en 3 langues : Anglais, Espagnol et Allemand.

  • Le test professionnel BRIGHT (Test de langue de l’Université du Michigan aux USA) : Évalue votre niveau en langue selon le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues), niveau A1 à C2. Il est disponible en 11 langues.

  • Le DCL (Diplôme de Compétences en Langues – Diplôme de l’éducation nationale) : Le DCL est un diplôme national professionnel créé spécialement pour les adultes. Il répond aux besoins du monde économique. Son originalité : évaluer les compétences langagières dans une situation proche de la réalité de travail. En fonction de leur performance, les candidats obtiennent le diplôme avec la mention d’un des niveaux du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). Il est disponible en 13 langues (allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, FLE, italien, portugais, russe, français professionnel, langue des signes, breton et occitan).

  • Le DELF / DALF (Diplôme d’étude de langue française / Diplôme Approfondi de Langue Française – Diplôme de l’Education Nationale) : Le DELF et le DALF sont les diplômes officiels délivrés par le ministère français de l’éducation nationale, pour certifier les compétences en français des candidats étrangers et des Français originaires d’un pays non francophone et non titulaires d’un diplôme de l’enseignement secondaire ou supérieur public français. Il évalue votre niveau en langue selon le CECRL, niveau A1 à B2 pour le DELF et C1 à C2 pour le DALF. 6 niveaux différents. Le candidat s’inscrit à l’examen de son choix selon le niveau visé.

  • Le CERTIFICAT VOLTAIRE : Les écrits reflètent la qualité de l’émetteur et prouvent le respect porté au destinataire. Une entreprise se doit donc de faire particulièrement attention aux écrits qu’elle produit afin de ne pas nuire à sa réputation et à sa crédibilité. Ce diplôme certifie votre niveau d’orthographe en français.

• Le CPF (Compte personnel de formation) Si vous avez été salarié ou que vous l’êtes toujours, vous avez accumulé des heures de CPF qui peuvent être mobilisées pour financer la formation, ou une partie de celle-ci. Plusieurs façons de savoir comment mobiliser ces crédits via le CEP (Conseiller en évolution professionnelle), le CFO, ou sur le site. Condition : avoir travaillé et avoir ouvert son CPF sur le site www.moncompteformation.gouv.fr
• Contrat aidés type CAE CUI ou contrat d’avenir Pour les salariés qui ont signés ce type de contrat, la formation est prise en charge par l’OPCA à laquelle cotise la structure (Uniformation , AGEFOS…). Se renseigner auprès de votre employeur qui doit monter le dossier financier avec le CFO et l’OPCA. Ces contrats sont souvent signés via les missions locales. Se renseigner auprès d’eux également.
• Plan de formation de l’entreprise Salarié en CDD ou CDI, avec accord de l’employeur qui peut décider de débloquer des fonds pour former son salarié. Se renseigner auprès de l’employeur ou du service RH s’il y en a un dans votre entreprise. Attention aux délais de mise en oeuvre.
• Financement personnel Pour les tarifs se renseigner au CFO. Le devis sera fonction du niveau de départ et du niveau souhaité en fin de formation.

Téléchargez la fiche explicative de chaque formation